English
Francais
 
La Mystique
"La Mystique" C'est un mot qui revient souvent dans les propos du père Thévenon. Bien éloigné du sens moderne qu'on lui donne habituellement.
 
Contact
Nouvelle adresse ! information@fedarca.com
 
Le père Marcellin Fillère
Le père Marcellin Fillère Fondateur d'un mouvement de jeunes et d'un journal, le père Thévenon a été son disciple et tient de lui sa vocation sacerdotale
 

 

 
Imprimer le page

 
Le chant choral
 
Le père Thévenon avait un goût marqué pour le chant choral qu'il considérait comme l'une des formes d'expression essentielle d'un peuple. A la suite du père Fillère, il distinguait le chant liturgique et le chant d'idéal. Il reprit une partie du répertoire créé jadis par la "Cité des Jeunes", en remaniant parfois musique ou paroles. Il en créa lui-même sur des mélodies tirées du folklore religieux ou profane ou bien composées par lui.
 
Le chant d'idéal
C'est le chant par lequel un peuple clame son idéal, sa passion, son témoignage devant les hommes. Le chant suivant, créé en 1968, est assez typique de ce style.
 
 
Dans ce vieux monde qui se meurt,
Tout craque et tout chancelle,
Mais le Seigneur met en nos cœurs
Sa jeunesse éternelle.
 
Bientôt luira sur nos chemins,
Une immense lumière,
Soleil Levant d'un jour sans fin
Sur un peuple de frères.
 
Alors naîtront des cieux plus beaux,
Un monde à Dieu fidèle,
Alors viendront des temps nouveaux
D'une vie immortelle.
 
Gloire à jamais au Tout-puissant,
C'est Lui qui nous délivre,
Gloire à jamais au Dieu vivant,
C'est lui qui nous fait vivre.
 
Le chant liturgique
Dans l'idée du Père Thévenon, c'est d'abord celui des Psaumes car, dit-il, ce sont les chants inspirés qui ont été chantés par Jésus lui-même. Il est à noter que ce goût marqué pour le chant des psaumes fut la cause première de son désaccord avec une faction progressiste durant son sacerdoce paroissial dans les années 70. Il accepte volontiers les chants du répertoire religieux contemporain ou traditionnel à condition qu'ils aient une réelle valeur musicale, qu'ils ne soient pas musicalement hors de portée du peuple et surtout qu'ils soient doctrinalement, non seulement irréprochables, mais encore porteurs d'une véritable pédagogie chrétienne. " Le chant liturgique doit honorer Dieu " disait-il.
Ainsi le Psaume 103 (page 1 et page 2)composé en 1977.

Je veux chanter le Seigneur, tous les jours de ma vie, jusqu'à mon dernier souffle, que ma voix redise sa louange.

Le Choeur "Montjoie Saint Denis" chante un "Je vous salue Marie" composé par l'Abbé Thévenon dans l'un de ses CD.