English
Francais
 
La Mystique
"La Mystique" C'est un mot qui revient souvent dans les propos du père Thévenon. Bien éloigné du sens moderne qu'on lui donne habituellement.
 
Contact
Nouvelle adresse ! information@fedarca.com
 
Le père Marcellin Fillère
Le père Marcellin Fillère Fondateur d'un mouvement de jeunes et d'un journal, le père Thévenon a été son disciple et tient de lui sa vocation sacerdotale
 

 

 
Imprimer le page

 
Le père Thévenon est mort avant la diffusion du film de Mel GIBSON "La PASSION du Christ". Il aurait beaucoup aimé cette œuvre. Ce sermon pourrait en être  le commentaire. Voir les sites http://propassio.free.fr et http://www.passion-movie.com/francais/
 
 
Dernier sermon de l’abbé Jean THEVENON
 
24 mars 2002 – LES RAMEAUX
 
Dimanche, nous avons vu que le sanhédrin, après la résurrection de Lazare, avait décrété la mort de Jésus. L'heure fixée par le Père n'était pas venue. Jésus s'était donc retiré à Éphraïm, près du désert.
Six jours avant la fête de la Pâque juive, il revint à Béthanie et mange avec Lazare le ressuscité. Le lendemain, il prend le chemin de Jérusalem. Beaucoup de Juifs, enthousiasmés par le miracle de la résurrection de Lazare, viennent au devant de lui pour l'acclamer. Et Jésus fait son entrée triomphale et pacifique dans la ville sainte, comme nous l'avons vu en lisant l'Évangile de la bénédiction des rameaux.
Jésus sait ce qui l'attend s'il va à Jérusalem. Il l'a dit à ses Apôtres en chemin : "Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme va être livré aux grands prêtres et aux scribes. Ils le condamneront à mort et le livreront aux païens (romains) pour être bafoué, flagellé et mis en croix. Et le troisième jour, il ressuscitera". Il se rend cependant à Jérusalem, car il doit accomplir la volonté du Père. Isaïe vient de le rappeler : Le Serviteur écoute avec docilité ce que Dieu lui dit : "Je ne me suis pas dérobé". "J'ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe. Je n'ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats… Mais je ne serai pas confondu car il ne laissera pas son serviteur voir la corruption de la tombe".
Le récit de la passion selon Saint Matthieu montre bien que Jésus a rempli la prophétie d'Isaïe et toutes les prophéties concernant le Messie, bien qu'il eût fallu lire  les 4 Évangiles pour avoir un récit plus complet de la Passion. Jésus est vendu par Judas, garrotté, abandonné des apôtres, jugé est condamné injustement par Caïphe et par Pilate, flagellé, couronné d'épines, insulté, couvert de crachats et de coups, cloué sur une croix... Et il meurt sans avoir ouvert la bouche pour se plaindre ! S'il parle, c'est pour demander le pardon pour ses bourreaux.
 
Il est bien, comme le rappelle Saint-Paul, devenu l'image même du serviteur décrit par Isaïe, s'abaissant jusqu'à la mort sur la croix.
Jésus s'est comporté comme un homme humble et impuissant : il s'est laissé traiter comme un homme coupable : il est pourtant le Fils de Dieu. Paul et Matthieu nous l'enseignent : Jésus appelle Dieu son père : "Père, éloigne de moi cette coupe… Je pourrai prier mon Père et il enverrait une légion d'anges à mon secours". Et c'est parce qu'il se dit le Fils de Dieu, et donc Dieu lui-même, qu'il est condamné à mort.
Pourquoi ce comportement ? ...
Parce qu'il est le Serviteur de Dieu, le Messie qui doit racheter l'humanité par ses souffrances et sa mort sur la croix ; "c'est pourquoi Dieu l'a élevé plus haut que tout, l'a institué maître de l'univers céleste et terrestre et l'a établi dans sa gloire divine". Mais avant d'entrer dans sa gloire, que de souffrances, que d'ignominies ! ... Et pour qui toutes ces souffrances et ces opprobres ? ... Pour les pécheurs, donc pour nous. Voilà jusqu'à quel point il nous a aimés. Et que demande-t-il en retour ? ... Il nous demande notre passé de misère et de péchés ! Il nous demande de revenir vers lui pour nous pardonner et nous ouvrir la voie du bonheur éternel ! ...
Ne déclinons pas son invitation : "Si vous entendez sa voix aujourd"hui, n'endurcissez pas votre cœur".
Non, ne refusons pas son salut, qui lui a coûté si cher et qui est notre plus grand bien : notre éternité de bonheur.